vendredi 7 décembre 2012

Achat d'une brouette et divers...

Une brouette, cela semble très ordinaire, et pourtant en deux ans ici j'en ai vu qu'une, en bois, et chez un français.
Donc je m'en suis procuré une, d'être probablement plus efficace pour toutes les opérations de transports que je réalise : bouses, débris végétaux (la tempête en a produit) que j'accumule (comme il a plu dessus ce jour, je sens l'odeur de chauffe, de fermentation), les plants de tomate... Et peut-être un jour, le transport des tomates elles-mêmes si je réussit à en produire en masse.

Je l'ai achetée au Gaizano. Celle que j'ai vu à ma dernière visite était à 2750 pesos (c'est cher pour de la tôle mais c'est le prix que j'ai vu sur internet). Et il y en avait une autre, rouge celle-ci, et à 1800 pesos. A part le prix, je ne voyais pas vraiment de différence. Donc pas d'hésitation pour la rouge. Restait à lui faire les 20 km pour rentrer, ce qu'elle a fait gratos sur le toit du jeepney que j'ai pris (25 pesos).

Autrement, une hache à manche long et des pinces coupantes (couper les tuteurs en bambou...). Evidemment, pas question d'emmener pour ce genre d'achat une femme avec soi (ce sera toujours trop cher et il ne faudra pas prendre son temps dans ce genre d'endroit). Je pense que la plupart de ce qui se passe dans ce pays est sous coupe féminine d'où la situation que l'on constate... Je sais, ce n'est pas le genre de remarque qui va faire plaisir à la gente féminine... mais c'est comme cela.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire