mercredi 14 novembre 2012

Mon jardin à Mindanao

Après avoir commencé à faire pousser des plants de tomates sur le terrain exigu où est la maison, j'ai migré mes plants (sauf les quatre plus fameux) dans le jardin du barangay qu'on m'a proposé d'occuper compte tenu du fait qu'il était à l'abandon.
Ce que j'ai fait avec plaisir et sans délais, y semant alors des carottes car je n'avais alors pas de jeune plant de tomate à implanter (et n'avait pas encore décidé d'y transférer les grands que j'avais, en cela encouragé par la femme m'ayant permis son accès).
Je ne connaissais que le sol du bord du ruisseau qui traverse le terrain de la maison. Là dans ce jardin implanté dans une prairie, je découvre un nouveau sol.
Le femme qui m'a proposé son utilisation (à l'arrière plan, sa maison) :
D'un peu plus près, l'enclos du jardin. Il n'y a là qu'une plate-bande qui a été bêchée, là où j'ai fait des carottes :

Quelque temps après, les carottes :
Elles sont beaucoup plus grande maintenant mais je n'ai pas de photos (maintenant si, en fin de ce post)...
Il y a aussi des plants de tomates dont quelques très grand que j'ai transféré... J'ai dû les protéger du soleil le premier jour, cela avec les draps du lit... Ici on l'aurait fait avec des feuilles de bananier. Moi comme je suis peu conventionnel, j'ai pensé à ce que j'avais... les draps du lit. C'était aussi un test : j'aurai pu ne pas retrouver mes draps.
On devine sous les draps les plants qui fatiguent, les feuilles qui roulent...
Les plants ont survécus à ce transfert alors qu'ils faisaient plus d'un mètre (sauf un dont les racines avaient été totalement rongés par les crabes et que j'aurai du protéger plus longuement du soleil -quelques jours- pour lui permettre de survivre). Les bouteilles plastiques sont pour protéger les jeunes plants la nuit (je suppose de sus que dessous la température tombe moins et donc que la croissance est favorisée).
Plus dans un autre post sur le sol et la façon de le travailler (je tâtonne à ce sujet). Ces premières photos permettent de fixer les idées.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire